créés par l’Ingénieur « Edmond Moyer »

PALMARÈS

 de 1925 à 1930 des

3  C.O. et 3 M.C.O.
Les Scores exceptionnels sur

180  compétitions (arrondi au minimum à)

Furent la victoire de

150 premières places !

plus deux 2e, trois 3e et une 5e

soit 155 podiums 

 

Auxquels il est intégré une vingtaine d’incidents, tel que, la première fois, les 3 C.O. sont arrêtés pour remplacer la boîte de vitesse alors qu’ils sont en tête ! une vingtaine de crevaisons des radiateurs par jets de pierres, de carburants et des pneumatiques, un bras de suspension, un roulement à billes cassé, une direction faussée, un retournement, un pointeau coincé, des incidents courants, non mécanique, communs aux autres participants.

 

et les Records Internationaux

le km Lancé à 199,422 km/h de moy.

19 Records Internationaux,

le k. L. 1100cc à 206,895 km/h

le k. L. 1232cc à 210,770 km/h, 17’’40/100

220 km dans un sens

 

Le REGNE des 3 AMILCAR C.O. 1925 à 1927

André MOREL étant le Patron, Manager, Premier et Principal Pilote

Soctroie les pilotes employés à l’usine Amilcar, Martin et Moriceau

Charles MARTIN (ex : Bignan…)

Arthur DURAY (ex : lorraine-Dietrich…) et

Jules MORICEAU (Talbot…)

63 participations (minimum)
47 premières places !

+ 8 de 2e, et une 3e soit 56 podiums

3 Records Internationaux, dont le km Lancé à :  200 km/h (199,422 km/h de moy.)

***

Le RÈGNE du 1er AMILCAR M.C.O. 1927 à 1930

  1. pour Monoplace large (moteur- boîte-transmission et pont déportés)

immortalisé par l’aquarelliste « Géo Ham » à Montlhéry,
nous l’avons dénommé G.H., pour le différentier des 2 autres ‘’plus étroits’’

34 participations (minimum)
30 premières
places !

 

***

Le RÈGNE du 2e AMILCAR M.C.O. 1927 à  1930

  36 participations (minimum) 

27 premières places !

+ 3 de 2e et une 5e  soit 30 podiums

6 Records Internationaux, dont, le km lancé à 206,895 km/h en 17’’40/100

***

Le RÈGNE du 3e AMILCAR M.C.O. 1927 à  1930

1500cc (en réalité 1236 et 1270cc)

43 participations (minimum) 

38 premières places !

+ 3 de 2e soit, 41 podiums et une 5e place

 

3 Records Internationaux (entre autres)
le km lancé à 210,770 km/h, 17’’40/100 Voire, 220 km dans un sens

La totalité des Records Internationaux est de l’ordre d’une trentaine !

***

En 1930

C’est l’Arrêt du Service Compétition.
La vente du matériel s’effectue par Monsieur Sée et
Clément Auguste MARTIN (mon père)

 

© Sarl Richelieu, Claude Martin/Photo.

 


 

Amilcar avait été créé fin 1921, par deux associés, Mrs Cahen et Akar, pour construire une nouvelle automobile, issue de l’imagination de l’ingénieur «Edmond Moyet» émule de l’Ingénieur Jules Salomon (Le Zèbre et Citroën). Il avait donc créé les modèles de Sport 4 cylindres, CC, CS CV, puis CGS et CGSS (Surbaissé, Super-Sport). En un rien de temps, l’année suivante, il avait réussi à se faire un nom dans les compétitions en remportant les plus prestigieuses. C’était André Morel, pilote automobile antérieurement avec Delage, aviateur émérite avant et pendant 1914-18, qui dirigeait le service compétition. En effet, ces bolides remportèrent un nombre très important de victoires telles, que le Bol d’Or et le Championnat de France 1922, entre autres, avec ses moteurs à 4 cylindres, à soupapes latérales, roulants à 90, 95 voire plus de 100 km/h. En 1923 et 1924, Amilcar sort le CGS et CGSS roulant à 115, 120 et 125 km/h, toujours avec le 4 cylindres tristement à soupapes latérales.

Au même moment, courant 1925, « Edmond Moyet » avait réalisé une automobile de course du plus haut niveau avec un moteur 6 cylindres (borgne, ou Testa Fissa) type C.O. de 1100cc à compresseur, 2 ACT., carter sec, dont le moteur, la boîte de vitesses, la transmission et le pont sont dans l’axe central du châssis.

Le dimanche 9 mai 1926, les bolides d’usine C.O. (biplace) d’Edmond Moyet, obtinrent les records Internationaux et Mondiaux à 200 km/h. (199,422 km/h exactement), battant définitivement les redoutables Salmson, 4 cylindres à 2 ACT, de l’Ingénieur « Émile Petit ».

Entre 1925 à 1930 les 3 Amilcar C.O. et les 3 M.C.O., Créés par l’Ingénieur « Edmond Moyet », ont obtenu des résultats exceptionnels. Sur environ 180 compétitions disputées, elles furent victorieuses avec 150 premières places, plus deux 2e, trois 3e et une 5e places, soit près de 155 podiums. Elles ont également décroché 19 Records Internationaux, le km Lancé à 199,422 km/h de moyenne, le km Lancé en 1100cc à 206,895 km/h, le km Lancé en 1232cc à 210,770 km/h, 17’’40/100, 220 km dans un sens.

Parmi les exploits, début 1927, une conduite intérieure 7 chevaux, Amilcar type G, 4 cylindres de 1075cc munie d’un compresseur Cozette, pilotée par Monsieur Lefebvre-Despeaux (Drt de Cozette), part de Koenisberg avec 5 personnes à bord et remporte le classement général du prestigieux «Rallye de Monte-Carlo» !

En 1928, les Records Internationaux sont acquis avec le M.C.O. 1100cc à la vitesse foudroyante de 206,895 km/h à Arpajon et 207,730 km/h à Troyes.

Avec le M.C.O. 1500cc (1270 en réalité), 210,770 km/h, voire 220 à Arpajon et Linas-Montlhéry.

Ce sont ces résultats que vous retrouverez en détail dans les pages indiquées ci-dessous, par modèles et par pilotes.

Immédiatement, début 1927, trois châssis M.C.O. « M » certainement pour « Monoplace » sont construits avec la même mécanique, mais châssis monoplace (selon les nouveaux règlements de la Commission Sportive). Au Salon de l’Automobile d’octobre 1926/27, Amilcar présente, simultanément et sensiblement le même C.O., mais avec un moteur d’aspect très proche avec une culasse détachable, nommé « C.6. » atteignant le 165 km/h garanti pour 80.000 fr. livrable en 1927 !

Mais se règne sera très court, dès 1930 c’est l’Arrêt du Service Compétition Amilcar et la vente du matériel. Vous retrouverez ces événements dans les autres pages du site.

En 1921/22, Mr André Morel, Pilote Moniteur général à l’école d’Aviation en 1914 à Ambérieu, éminent pilote automobile, en 1910 pour Delage, Champion de France (1922), 32 Records du Monde et 11 Internationaux de vitesse sur Voisin, Delage, Amilcar et Talbot, était responsable du Service de compétition Amilcar. Il avait, bien entendu, l’autorité et la responsabilité de choisir ses pilotes. C’est en 1926 qu’il engageait Charles Martin, pilote chez Bignan. Il engageait aussi Arthur Duray (Champion du Monde en 1903 à 165 km/h aux USA, pilotant les Lorraine, Gobron, Talbot…) pour le Grand Prix de Boulogne-sur-Mer qu’il remporta, ainsi que Jules Moriceau (ex. pilote Sunbeam et Talbot 1500cc) pour piloter les « C.O. » puis, en 1927 les M.C.O. pour le Grand Prix d’Antibes et Indianapolis en 1929.

Lorsque les Amilcar 6 cylindres Biplace et Monoplace (à moteur borgne, boîte de vitesses au centre et pont, déporté) furent prêts pour les records, André Morel et Charles Martin les pilotèrent en 1926, 1927, 1928 et début 1929. Sur 180 compétitions ils menèrent l’Amilcar à la victoire 150 fois à la 1re place et 156 podiums. Puis, de nombreux Records du Monde de vitesse à 199,422 (200), 206,895 en 1100 et 211,770 km/h (voire 220) en catégorie 1500 cc.

André Morel tout en participant aux Records à Montlhéry pour Gabriel Voisin, aux G.P. pour les nouvelles 1500cc de Louis Delage, se consacre, début 1925, 26, 27, 28 et mi-1929, en même temps et exclusivement aux Amilcar 6 cyl. de l’Ingénieur « Edmond Moyet »

Début 1927, Moyet construit successivement et très rapidement, 3 châssis étroits (le 1er étant le plus large, surnommé par moi-même G.H. (étant représenté par la célèbre aquarelle de Gého Ham sur le nouvel Autodrome de Montlhéry). Il s’agit du 1er Monoplace « M.C.O.» large avec le moteur borgne (peut-être l’un des 3 C.O. ?)

Quelques considérations très importantes

Tout d’abord, nous relevons qu’il n’y a eu aucun accident corporel des pilotes et à autrui, ce qui est très rare. Une vingtaine d’abandons au total, mais aucun accident important de mécanique pure. Ils concernent les jets de pierre provocants des crevaisons de pneumatique, de radiateur d’eau, de carburants et canalisations d’huile. Il s’ajoute un pointeau de carburateur bloqué, un roulement de roue, une barre de direction faussée, un bras d’amortisseur cassé, un retournement du véhicule sans conséquence sous des tornades et bourrasques de pluie et un accrochage non responsable à Indianapolis (sans aucune conséquence corporelle).

André Morel, de 1925 jusqu’à 1929, hormis, les Records à Montlhéry pour Gabriel Voisin et de piloter l’une des trois 1500 de Louis Delage, se consacre exclusivement aux Amilcar 6 cylindres. Il s’adjoint en second pilote et en permanence, Charles Martin (ex-Chef mécanicien Amilcar et ex-pilote Bignan). Puis, en complément un « AS » illustre du début de siècle «Arthur Duray » second à Indianapolis derrière René Thomas, 1er sur Delage en 1914 et Jules Moriceau (ex-Chef mécanicien et pilote chez Talbot 1500 et Amilcar tous sur « C.O. et M.C.O ».

Motorisation

En 1925, Edmond Moyet, à 34 ans, il avait réalisé son moteur sans culasse détachable « Borgne ou Testa Fissa en Italien » et obtint une puissance au banc d’un cheval au litre, soit, autour de 130 chevaux pour le 1270cc. Nous pouvons considérer que s’il avait réellement fait 1500cc, il aurait développé au minimum 150 ch.

En 1926, André Morel avec le 6 cyl. C.O. obtient le Record du Monde du kilomètre lancé à près de 200 km/h (199, km/h.). Il était détenu jusqu’alors par Salmson à 193 km/h, et ce fut la fin du Règne du merveilleux moteur 4 cylindres 2 ACT « d’Émile Petit » (datant de 1922) au profit du 6 cylindres Amilcar « d’Edmond Moyet ».

En 1927, le C. 6. cylindres à culasse détachable, client était vendu pour 165 km/h. Il est à préciser que, si, cette vitesse n’était pas atteinte aux essais, le véhicule n’était pas remis au client et retournait à l’atelier (dixit mon père).


Nota : Les textes ne sont pas exhaustives, les pilotes cités peuvent ne pas être tous à leur place, les reportages d’alors n’étant pas très complets et les photos ne sont pas toujours très nettes. Afin de compléter ces études, nous serions donc très reconnaissants aux amateurs de nous communiquer (en copie) ce qu’il possède et les remercions d’avance.

© Sarl Richelieu, Claude Martin/Photo.